Depuis 1882

Année 1882. Fransisca Fincent a déjà connu trois mariages. Elle est deux fois veuve et mère de dix enfants. Avec son premier époux, François de Fonseca, issu de la noblesse espagnole, elle a eu cinq enfants. Son deuxième mari, Felix Vandepitte, un meunier originaire d’Aalter, lui en a donné deux. Elle s’est ensuite mariée avec Louis De Vos, avec qui elle a encore eu trois enfants. Le père De Vos est meunier et Fransisca tient une auberge à côté du moulin. Celle-ci fait office de salle d’attente pour les paysans qui viennent moudre leur blé au moulin. Les paysans rétribuent le meunier en lui offrant deux pelletées de farine par sac moulu. Cette farine sert à la fabrication du pain. C’est ainsi qu’à l’auberge, on propose du pain avec du jambon fumé, du « fromage blanc » ou une omelette paysanne.

Les enfants de Fransisca l’appellent « Mère Siska » et bientôt, tout le monde lui donnera ce surnom. En voyage à Amsterdam, Mère Siska est intriguée par une peinture représentant un gaufrier comportant quatre moules en forme de cœurs. De retour à la maison, elle fait fabriquer un gaufrier à cinq cœurs par son beau-frère qui est forgeron à La Pinte. En cuisant deux gaufres, elle obtient ainsi un cœur pour chacun de ses enfants et à chaque anniversaire, elle les régalera de gaufres.

Des ventes sont organisées par des notaires dans l’auberge de la Mère Siska. Un jour, un notaire d’Anvers goûte aux délicieuses gaufres préparées pour les enfants. Aussitôt, il demande à la Mère Siska d’organiser une fête d’anniversaire semblable pour sa fille. Le succès sera tel qu’il marque le début de la vente de gaufres sur demande.

L’auberge de la Mère Siska devient un point de rendez-vous pour les touristes venant de Heist et bientôt, on organise une navette en charrette attelée pour y amener les gens. Dix ans plus tard, en 1892, les amateurs de gaufres peuvent savourer la spécialité de la maison sans commande préalable. L’affluence sans cesse croissante contraint la Mère Siska à étendre son commerce. On installe des tables sur tréteaux dans le jardin, et la Mère Siska rachète des chaises pliantes à un cirque en faillite. Ces chaises serviront jusqu’en 1987 et sont toujours en notre possession. Les fils de la Mère Siska cuisent les gaufres au feu de bois et accomplissent les plus lourdes tâches, tandis que ses filles servent à l’auberge. En hiver, les enfants de la Mère Siska partent en Wallonie pour y travailler et parfaire leur français, afin de répondre encore mieux aux exigences de la clientèle essentiellement francophone.

Le commerce de gaufres de la Mère Siska connaît un tel succès que deux de ses fils et trois de ses filles ouvrent une deuxième maison, « Chez les enfants de Siska », à la Oosthoekplein à Knokke. Sa plus jeune fille, Marie, s’apprête à suivre son exemple lorsque la Première Guerre mondiale éclate, en 1914. La Mère Siska décède des suites de la grippe espagnole en 1918 et n’aura pas la joie d’assister à l’ouverture de la troisième maison.

Marie a acquis de l’expérience auprès de sa mère et de ses sœurs et entend obtenir, pour ce troisième endroit, la meilleure réputation en termes d’espace, d’aménagement intérieur et de situation géographique. C’est ainsi qu’elle inaugure, en 1919, « Chez la fille de Siska », qui sera rebaptisée « Marie Siska » un an plus tard.

Son exemple est suivi par son frère cadet, qui ouvre la maison « Gustave Siska » en 1923.

Ensuite, la petite-fille de la Mère Siska ouvre la cinquième maison Siska en 1936, à Saint-Idesbald, tout près de Coxyde. Cette maison porte le nom « Siska du Zoute », en référence aux célèbres commerces qui peuplent le Zoute.

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les différents salons de dégustation de gaufres continuent à prospérer et contribuent à l’essor touristique du Zoute. Contrairement à leur mère, les enfants de Siska ne sont pas nombreux à s’être mariés. Marie Siska a une fille et un fils. Son fils, Urbain Dossche, reprend « Marie Siska » avec son épouse Georgette, en 1949. Sa fille Germaine Dossche, quant à elle, poursuit l’exploitation des « Enfants de Siska » fondé par ses tantes.

Urbain et son épouse entreprennent de développer l’affaire « Marie Siska ». Ils y ajoutent un club de minigolf et étendent la carte, transformant le salon de dégustation en restaurant. La renommée de Marie Siska s’étend bien au-delà des frontières belges. Les stars qui fréquentent le casino ont l’habitude de se rendre chez « Marie Siska » et d’y déguster ses célèbres gaufres. Paul Anka, Josephine Baker, Martine Carol, Ava Gardner, Gilbert Bécaud, Etchika Choureau et les Platters s’y attableront à plusieurs reprises. Le Roi Léopold III et la Reine Astrid honorent également Marie Siska de leur présence. Ils possèdent une résidence d’été au Zwin. Après la guerre, le Roi y déguste régulièrement des gaufres avec ses amis, après une partie de golf. On l’installe dans une petite salle séparée, où il prend place à une table que le personnel baptise la « table du Roi ». Cette fameuse table se trouve toujours chez Marie Siska.

En 1967, le restaurant « Marie Siska » est entièrement reconstruit, à l’exception de la cuisine où sont cuites les gaufres, pour renaître sous la forme d’un vaste complexe comprenant 450 places à l’intérieur et 550 à l’extérieur. En 1987, l’affaire est cédée au petit-fils Stefan Dossche et à son épouse Nathalie, et fait de nouveau l’objet de solides investissements. Un hôtel comptant sept chambres luxueuses vient s’ajouter à l’ensemble. La plaine de jeux est entièrement modernisée et Marie Siska subit une métamorphose. La nouvelle génération d’enfants royaux fréquente les lieux et pour beaucoup de gens, Marie Siska est devenue « l’Institution » du Zoute. En haute saison, on y vend quotidiennement plus de 1 000 gaufres fraîchement cuites. Celles-ci respectent toujours la recette secrète de la famille. Par ailleurs, le restaurant occupe une place importante. Le club de minigolf, sponsorisé par la marque de vêtements River Woods, organise chaque mois d’août un tournoi pour les enfants, et représente donc un endroit privilégié pour passer un bel après-midi de détente.

La maison parentale « Mère Siska » a été vendue et démolie en 1975. Heureusement, le moulin a été épargné et fait maintenant office de résidence. Deux ans après sa création, la maison Gustave Siska a été vendue pour cause de maladie, pour finir aux enchères en 2009 et faire place à une résidence. La maison Siska à Saint-Idesbald a été vendue en 1960 et est toujours en activité. Enfin, le propriétaire des « Enfants de Siska » a décidé, en 2011, de revendre son affaire à un agent immobilier.

Finalement, Marie Siska est la seule maison toujours exploitée par la famille, où l’on vend des gaufres d’origine.

Entre-temps, nous avons célébré le 130e anniversaire des gaufres Siska et la cinquième génération est entrée en action, avec Marie-Julie Dossche. Nous espérons qu’elle aussi poursuivra cette savoureuse tradition du Zoute.

Stefan, Nathalie & Marie-Julie Dossche